Saint-Florent-sur-Cher

 

La naissance de Saint-Florent est liée à l’existence d’un gué naturel sur le Cher. Nos ancêtres les Gaulois ont alors pour habitude de s’installer sur des places stratégiques qu’ils aménagent et fortifient.

Il semblent même que le premier village sur la rive droite du cher soit édifié par les Gaulois.

À l’arrivée des conquérants romains, un bourg déjà important est implanté. Ce village prend alors le nom de “ Vicus Auréus ” c’est à dire “ le Bourg Doré ”. Mais des pierres taillées et polies trouvées dans le Cher et l’existence du dolmen “ Pierre de la Roche ” prouvent que la création de notre ville est beaucoup plus ancienne que l’époque Gauloise. De nombreux vestiges ont été découverts, pour la plupart datant de l’époque gallo-romaine : des bijoux, des vases de l’Âge de bronze, des barques monoxyles dans le lit du Cher, une tête en marbre, une urne cinéraire, une statuette de bronze, une borne milliaire. En 1841, sont mis à jour des cercueils du IIIe et IVe siècle. D’autres sont également trouvés en 1860 durant la construction du chemin de fer.

En 1914, des fragments d’objets céramiques sont découverts.

Vers 1100, Vicus Auréus est érigé en paroisse et devient Sanctus Florentius (nom d’un évèque de Bourges du milieu du VIIe siècle).

Puis le nom ne cesse de changer :

CIMG7120

- en 1398 Saint-Fleurant,

- en 1405 Sanctus Florencius,

- en 1500 Saint-Flourent,

- en 1513 Saint-Florant,

- en 1599 Saint-Florent-sur-Cher et sur une courte période en 1793 Marat-sur-Cher ; à cette époque beaucoup de communes changaient de nom pour prouver leur patriotisme mais surtout pour pouvoir jouir d’une sécurité relative.